introduction-2

Publié le par DEBIEVE Christian

On pourrait faire un parallèle avec le mouvement opéré en terme de comptabilité publique et du décalage des pratiques avec le secteur privé qui applique le PCG 82.

Pourtant, à titre individuel la négociation est une :

-         Pratique intuitive par excellence

Réponse : Il n’y a aucune raison de penser que cette pratique serait plus limitée sans le secteur public (niveau d’études, recrutement, formation…) / La place de la négociation dans les relations humaines (bras de fer ou échange) 

Perception traditionnellement conflictuelle de la négociation

Réponse : Sortir d’une tradition d’affrontement

Le constat relèverait alors de l’organisation, de la culture de l’entreprise.

-         Victime d’une culture de la surestimation de savoir et de position alors que la négociation relève d’une culture du doute ou de l’erreur.

-         Réponse à ce constat : changements liés à la décentralisation, au rôle des services de l’Etat…

Et de la difficulté de l’anticipation qui rend plus difficilement admissible le recours à des procédures plus longues

-         La place de l’anticipation dans la culture « publique »

-         Réponse : un mouvement s’est opéré depuis plusieurs années (contractualisation des politiques publiques et des aides, des apports des textes relatifs à la comptabilité locale (AP/CP et AE/CP)

Situer ensuite le propos « champ de l’achat public » plus restreint que celui de la commande publique

            Nous ne traitons pas de la délégation se SP ni des contrats de partenariat même si nous pourrons nous appuyer sur la doctrine ou la jurisprudence en la matière.

L’objet du livre est de dépasser le constat d’impuissance et de définir une méthode de négociation adaptée au secteur public :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article